Archives de catégorie : Écritoire

Dans cette Playlist/catégorie, je partage les errements et les joies de mon quotidien de raconteur d’histoires, de bonimenteur et d’auteur qui se commet dans le mauvais genre.
à suivre tous les lundis à 18h18

Clous

J’ai rencontré Philippe Jaccottet par sa scintillante traduction de l’homme sans qualité du scintillant Robert Musil, puis je l’ai lu lui un peu, un peu pour retrouver sa voix avec sa parole à lui, plus phosphorescente peut-être. C’est quelqu’un que depuis j’ai croisé beaucoup, par bribes, par évocation, beaucoup cité, quoi qu’il ait pour lui-même taché du cultiver la distinction que la discrétion. Quand même il préfère laisser parler ses textes que se livrer tant soit peu à l’exercice c’est encore lui qui parle le mieux, de sa réserve surtout – et je vous renvoie en description à l’entretien qu’il a accordé à Michel Bory en 1978 – le lien est en description.


Je vous quitte sur la lecture de mon passage vénéré de à la lumière de l’hiver – chez poésie Gallimard.

Philippe JACCOTTET – Entretien avec Michel Bory (1978)

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh #Jaccottet

Mademoiselle Hill

J’aime décidément beaucoup mon personnage de Persona Hill, ma petite pyromane du tome 1 de la part du feu, que je retrouve actuellement dans ma relecture du tome 2. Je vous propose un petit passage où elle donne sa… mesure. Enfin quelque chose comme ça.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Tirailleur

Je me suis fait rembarquer dans un petit roman de Manchette, un de ses plus fameux, qui était passé jusqu’ici sous mes radars. «La position du tirailleur couché», qui confirme tout ce que je pense de bien de l’auteur et les menues réserves que je peux me dispenser d’émettre une seconde fois en peu de temps – ce sont les mêmes que celles énoncées dans la vidéo consacrée à son «Fatale». Et ce n’est pas grand-chose. Parce que c’est vraiment bien, très haletant, très charcutier, et pas mal déconnant.
Et puis c’est une capsule temporelle, une carte postale envoyée d’un pays qui n’existe plus guère ou alors fossilisée dans des petits bistrots, dans des courses en taxi, dans des soirées bingo, et dans tous les bulletins météo de la galaxie. C’est comme ça qu’on voit que le temps passe. Et puis on le voit aussi à des bonnes astuces d’auteurs pour coller au genre, et qui peuvent faire souffler du nez. Pareil pas de quoi s’outrer, monter sur ses grands chevaux. Mais pendant ma lecture quelqu’un à a partagé et traduit sur tweeter une belle boutade d’un certain Barlow Adams que je vous livre ici, parce qu’elle colle à merveille au sujet manchette. Je le dis avec affection.
Si les écrivaines écrivaient les hommes comme les écrivains décrivent les femmes : “Il soupira, ses boules de taille moyenne flottant dans son jean comme des bouées dans une mer de denim, s’élevant et s’abaissant avec sa respiration. Ce n’étaient pas les noisettes fermes et turbulentes d’un jeune homme. Il le regrettait presque autant que les années perdues”.
Ceci étant posé, la position du tirailleur couché de Jean-Patrick Manchette : glop glop.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Omnipotente

J’ai enfin bouclé la relecture du tome 2 de la trilogie “étrange” et elle est aux mains et aux bons soins de mon service correction. Je dis “trilogie”, mais je ne suis pas sûr de sûr, que c’est comme ça que ça se finir. Déjà parce que j’ai tout juste démarré, dans l’élan, la relecture du tome 3, et je sais déjà qu’il va me donner assez de fil à retordre pour peut-être aller jusqu’à ordonner un renoncement. La trilogie “étrange” peut très bien être une duologie. Le tome 2 clôt une boucle ouverte dans le tome 1, maintient l’ébullition, épaissit les personnages, et peut très bien avoir dit toute la messe. On peut quitter Vanina bons amis. J’ai une vision trouble du tome 3, je ne l’ai pas relu, et je n’en connais que les faiblesses. J’ai essentiellement rendez-vous avec des corrections, et des pans à réécrire, et sinon j’espère qu’il y aura au bout un volume à la hauteur des deux premiers et qui les conclue bien… bref ce que je pense avoir écrit et dont je ne peux pas être sûr avant relecture.


Et en même temps.


Le volume 2 m’a donné vraiment beaucoup de mal, mais au bout du bout ça a été un moment de grande ébullition où j’ai aussi entrevu que la série pouvait aller bien au delà du triptyque, que çà pouvait être une somme, une dodécalogie soyons fous. Et ça tient au caractère résolument déconnant de mon personnage principal, Vanina Celesti, qui le rend capable de tout et surtout de n’importe quoi sur le très long terme. C’est un comble : Vanina est probablement ma caractérisation la plus rudimentaire, la plus caricaturale. Et c’est probablement celle avec laquelle j’ai le plus le champ libre. Elle a vraiment beaucoup de pouvoirs, et pas seulement dans le livre.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Considérables

Je n’aurais jamais dû croiser la route de Jean-Joup Trassard a priori, surtout avec ma passion pour le genre, mon déficit irrésorbable en culture classique, l’obligation que je me donne quand même de tenter de le résorber, et mon sentiment d’illégitimité ? D’imposture ? Dès que je suis confronté à de la vraie de vraie littérature. De fait il a fallu la fervente recommandation et le partage en extrait de “un miroir taillé à la hache”, merci, Françoise, pour que je m’y aventure. Alors je pense que beaucoup lecteurs plus érudits et mentalement mieux gaulés que moi passent aussi à côté. Parce que cette œuvre-là, prodigue, luxuriante, et encore en train de pousser d’arborer de faire des bourgeons, et ce depuis 1960, depuis 64 ans, est en dehors du monde, loin très loin des feux de la rampe.


C’est la poésie méditative d’un homme de la terre, d’un terroir et d’un temps lent et besogneux. Un écrivain, un vrai qui n’exténue ni sa langue ni son motif, mais les sert humblement, patiemment. Une merveille. Je vous renvoie à François Bon, qui ne parle pas de “des cours d’eau peu considérables”, mais de “l’espace antérieur” et qui en parle à la François Bon, c’est-à-dire infiniment mieux que moi. Je vous quitte quant à moi sur un extrait de reprise des terres.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Parallèle bipède

Je pense que ceux qui me font la grâce de me lire seront d’accord avec moi sur un point : dans mon troupeau de personnages, j’en ai trois principaux, du moins trois qui sont souvent dans le rond de lumière de l’avant-scène. Mes deux fifilles, la rude Gaby Kotska et la zinzin Vanina Celesti, mais il y a aussi, parallèlement, ce vieux débile de Sal Castaner. Et justement, je voudrais parler de ça : non pas de Sal, mais de son talent pour le parallélisme.
Des talents il en a, au delà de sa contenance mesurée en hectolitre en Suze et sa fiabilité à jamais inattendue, qui devraient l’ordonner trixter, ou faire valoir, ou auguste de base, mais il a surtout celui de laisser le groupe et de bifurquer dans une voie parallèle. Il est toujours lié à l’intrigue principale, mais c’est comme s’il en assumait, les à-côtés. Dans chaque tome de la première trilogie, soit qu’il est fâché, soit qu’il a des choses à cacher, soit qu’il n’a vraiment pas de bol, il y a toujours un moment où il est isolé du groupe, comme la vieille bête malade du troupeau est ciblée par les prédateurs. Dans Où la lune va, le premier tome de la seconde trilogie noire, il n’apparaît que dans le troisième tiers, mais aussitôt pour prendre bifurcation et prendre l’ennemi sur le côté lors de ‘assaut du château de la princesse. Dans le tome 2, d’élégantes personnes, à paraître en décembre prochain, pendant que le monde brûle, il part en croisière avec une chèvre. Je le raconte comme ça pour ne rien divulgâcher, mais c’est évidemment plus compliqué que ça. Mais ce n’est pas beaucoup moins débile ce qui lui arrive. Et dans le tome 3 que je rédige en ce moment, il se trouve d’emblée à l’écart, en raison de ce qui lui arrive dans le tome 2.
Je ne sais pas si j’ai déjà croisé un déviant récurent comme lui, et je ne sais pas si ça a été théorisé et intitulé en archétype la fonction de ces personnages qui obligent leur auteur à un strabisme divergent. Si vous, vous avez des exemples, les commentaires vous sont ouverts.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Liste

Je suis en train de finaliser une liste alphabétique de tous les Post-its que j’ai commis, pour cette chaîne et avant cette chaîne, et j’entends la mettre en ligne sur une page de mon site avec naturellement les liens vers les mini-chroniques associées. J’y référence aussi bien les livres que les films et disques sur lesquels j’ai posé mes post-its, pas de raison de les discriminer ou de les traiter à part.
En ordonnant la liste, je suis bien obligé de me demander à quoi tout cela sert, puisque dans le fond je n’émets que des avis sommaires et peu étayés, à peine des impressions, en aucun des analyses ni des conseils ou déconseils de lecture. Et quand bien même ce serait cela, je ne sais pas que je suive souvent l’avis des autres pour choisir mes lectures, j’ai plus l’impression qu’elles se suggèrent les unes les autres, par capillarité ou cousinage dans l’humeur ou le genre. Si je lis quelques critiques, souvent les plus sévères, c’est pour elles-mêmes, pour la contagion de leur férocité ou la rareté de leurs enthousiasmes. Je me laisse visiblement difficilement influencer et il n’y a pas de raison que j’imagine mes minuscules billets puissent être des prescriptions. Je fais comme tout un chacun, je suppose, je lis ce qui m’appelle. Par exemple, j’ai adoré le premier livre de Craig Johnson, donc tout naturellement, je suis actuellement dans le deuxième.
Il y a évidemment foule d’exceptions et des notables à ce que je dis là. Craig Johnson m’a bien été suggéré par la lectrice en campagne, mais je pense aussi au ragtime de Edgard Laurence Doctorow qu’on m’a forcé à lire, à coup de pied dans les tibias, pour mon bien qu’elle disait… et quel souverain bien… merci merci si tu passes par là. Et idem, l’oeuvre qui fera l’objet d’une lecture dans le keepsake de vendredi prochain n’est pas une suggestion, mais une offrande, merci merci si tu passes par là aussi.
La liste des Post-its n’est pas encore en ligne, il faut que je m’assure que tous les liens fonctionnent, mais nous y reviendrons. Mardi prochain sans doute.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Dzoing !

En rangeant un peu, je suis retombé sur mon agenda de l’année dernière, et ce n’est pas que j’en avais besoin pour m’en rendre compte, mais c’est vrai qu’au moins l’archive rend visible l’intense baisse de rythme “productif” amorcé avec 2024 et avec le passage au quotidien de la présente chaîne. Depuis janvier, je suis toujours enferré dans la rédaction du volume 3 de la trilogie la part du feu, que je mets plus souvent de côté que sous mes yeux et dans mes méninges, et j’ai un mal fou à boucler les corrections définitives de “Sucre bébé amour” dont la sortie est prévue pour la mi-juin. J’ai le plan d’un petit roman d’enquête de Gaby Kotska en tête aussi, que je n’ai pas même amorcé. Depuis le début de l’année, je n’ai rien bouclé de conséquent et ce n’est pas que ça commence à m’inquiéter, mais c’est vrai que mes journées, mes semaines de 2023 ressemblaient à ça. J’ai perdu le contact avec le long cours, et j’envisage sérieusement d’acheter un fouet à celui de mes collaborateurs qui a le plus à voir avec un maître SM pour qu’il me remette au boulot.
Sakafruit : J’adore quand ça fait ce bruit quand j’apparais !

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Invisibles

Vous vous souvenez que la semaine dernière j’étais revenu désappointé de ma re-visite expresse de la Grande Garabagne d’Henri Michaux, dont je pensais avoir gardé un souvenir sinon poignant du moins plus prégnant. Et en fait c’est parce j’ai confondu, superposé deux lectures qui datent de la même époque ou à peu près. En fait mes impressions d’un voyage rêvé, ne rechampissaient pas de ce livre-là. Mais de celui-ci : Italo Calvino : les villes invisibles. C’est sûr avec une mémoire de poisson rouge, on peut prendre de la hauteur : on flotte où on se trouve. Entre deux eaux tout est bas si on veut.
Ce livre-là est un herbier qui compile comme des merveilles les villes que le Marco Polo de Calvino dit avoir vues au cours de ses tumultueux périples au Grand Kahn. – le grand Kahn étant koublaï et non pas Gengis, non plus que Jean-François. Polo invente et imagine ce qu’il n’a pas vu et ni lui ni Kahn ne sont dupes, enfin si juste assez pour se laisser l’un et l’autre en roue libre. L’extrait que je vais vous lire est la toute fin du volume, les lignes qui le concluent en forme de moralité, de bonne morale… En tout cas moi ces quelques mots, je m’en suis souvenus au besoin, et comme tels.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Aqua bon

Si vous me suivez, et plus encore si vous me lisez, vous savez que j’accorde beaucoup d’importance au développement de mes personnages – ou plus exactement que leur accorde à eux beaucoup de place pour se développer tout seuls. Mon rôle dans leur croissance s’arrêtant dès lors pratiquement à leur représentation physique et aux traits en gras de leurs personnalités. Vous savez que j’en fais des portraits en bidouillant les outils palettes informatiques, et certains d’entre vous se rappellent qu’avant de les modeler et peinturlurer à la souri, je les aquarellais. Il n’est pas question de revenir en arrière, mais comme en ce moment j’essaye de reprendre en main mon habitat qui n’est plus, et ce dans les 29 pièces, antichambres et réduits qui le constituent, qu’un gigantesque atelier capharnaüm… pour le re-rendre un peu habitable, au moins les couloirs et les commodités, je suis retombé là-dessus : Ceci est mon étalier. C’est à dire que dans ma vie d’avant, je n’avais besoin que de ça, un bac à glaçons en plastique, de deux pinceaux, un petit un gros et d’un carnet de croquis. Et c’était bien tout pour le bordel.
Et le plus beau c’est qu’en l’état, il est encore fonctionnel, et qu’il sera aussi sûrement dans dix ans. Telle que vous voyez ma palette, elle n’est pas sèche. Elle est lyophilisée. Si je la remouille, elle remarche. C’est sans pile, sans fil. Mais bon c’est tellement mieux d’être la chose de toutes ces machines autour de moi.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh