Burlesque

En tâchant de donner un semblant de cohérence au rangement de mes DVD, et ce n’est pas facile, je me suis rendu compte que les contraintes étaient toutes autres que pour les livres – où en l’occurrence, une fois déterminé qu’on devra ranger à part les formats poches il suffit de les ranger à part dans le rayon roman, dans le rayon poésie/théâtre, dans le rayon heu… allez sciences humaines. Reste à faire un coin encore à part pour les polars, et un coin secret pour les enfers. Une fois que c’est rangé, il n’y a pas à y revenir. Les films font tous la même taille, mais je ne sais pas du tout comment les organiser. Une fois que j’ai mis de côté les trente films de genre, polar et SF, souvent récents qui modélisent ma pratique d’auteur, et c’est vraiment des tuteurs, une fois que j’ai dédié une étagère à Bergman, demi, Casavetes, Keaton, ma cinématique si l’on veut, un rayonnage aux séries, reste une masse de films, mais vraiment une masse, la plupart de ma DVDthèque que je ne sais que ranger tous genres confondus par bête ordre alphabétique. Ce ne sont pas de mauvais films, sinon je ne garderai pas, mais je ne sais pas les discriminer. Et puis j’ai un petit coin, avec une quinzaine de films foutraques. Alors pas des comédies pures, à l’exception de “the party” de Blake Edwards, je ne sais pas au juste pourquoi je le mets là, pour l’avoir à l’oeil, mais sinon ce son des films plus légumineux, plus dérisoires, plus vains, là-dedans je mets le “Showing up” de Kelly Reichardt dont j’ai parlé il y a peu ici, et je commence à comprendre que je risque d’y mettre à la file toute sa filmographie, mais il y a aussi “Little miss sunshine”, “Vincent n’a pas d’écaille”, mais aussi Wes Anderson, jusqu’à son “île au chien” même si c’est un dessin animé. Et d’ailleurs, il y a aussi “Ma vie de courgette”. Je pense que j’ai un goût pour quelque chose de la déglingue, triste ou fofolle, mais la déglingue. D’ailleurs c’est un peu mon carburant dans mes propres livres, et j’ose dire une compétence. Ma compétence ? C’est la question que je me pose. Est-ce qu’il ne serait pas temps que je tente faire un livre livré à déglingue, sans meurtre, ni vengeance, sans couillon volant. Une romance pourquoi pas, mais une romance dérisoire, semi-bien, semi-à l’eau de rose semi-à l’eau de boudin, une romance pour faire rire. Allez, chiche.

Seror #villeurbanneGratteciel #Sojac #aquarelle #watercolor #RomanNoir #Fiction #Novel #oujoporama #Sublunaires #Comics #SF #Booktube #Podcast #Feuilleton #CoolLibri #Amazon #KDP #Vlog #Illustrations #Lectures #Postit #SalesRomances #VaninaAhAh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.